Pour réduire le taux d’absentéisme dans les entreprises, la Sécurité sociale a opté pour la réalisation de contrôle des arrêts de travail. Certains organismes et entreprises se sont lancés sur le même chemin. C’est pour cette raison qu’ils organisent souvent des « contre-visites ». Il s’agit d’une solution simple qui peut aider à une réduction de l’absentéisme dans les entreprises.

Des contrôles qui se font au domicile de la personne malade

Le directeur de la protection sociale chez Verlingue, Jean-Marc Esvant, précise que la Sécurité sociale effectue un nombre limité de visites chez les personnes qui profitent d’un arrêt de travail. Il estime le nombre d’arrêts de travail par an à 7 millions, ce qui fait 234 millions de journées indemnisées.
M. Esvant est revenu sur le déroulement du contrôle d’arret de travail. Il précise que lorsqu’un salarié déclare être victime d’une maladie et profite d’un arrêt de travail, un contrôleur assermenté par l’Assurance maladie est envoyé chez lui. Le rôle de ce contrôleur est de s’assurer que la personne qui profite de l’arrêt maladie est bien chez elle.
Cette dernière devra aussi justifier cet arrêt maladie le jour du contrôle.

Lire également : Barbecues, pique-niques et sécurité alimentaire

Les règles à suivre par le travailleur qui a un arrêt maladie

Lorsque le travailleur qui a un arrêt maladie doit se rendre chez un médecin pour un contrôle physique, il doit le faire en dehors des sorties qui sont autorisées. Durant toute la période de la maladie, l’assuré doit rester chez lui de 9 h à 16 h et de 14 h à 16 h. Ces horaires sont aussi valables les week-ends, et il ne doit quitter son domicile que lorsqu’il doit effectuer des soins médicaux ou des examens.
Le versement des indemnités journalières peut être suspendu, lorsqu’une absence injustifiée du salarié est notée dans son logement pendant les horaires de visite. Ce qui fait la rareté de ces contrôles, c’est le nombre très limité des personnes qui doivent s’en occuper.

Les contrôleurs se concentrent sur certains arrêts maladie

Le nombre réduit des contrôleurs assermentés par l’Assurance maladie fait que ces derniers se concentrent sur les maladies longues et répétitives. Par exemple, lorsqu’un employé a cinq arrêts maladie qui durent moins de quinze jours, le médecin-conseil de la caisse primaire d’assurance maladie peut entamer une procédure de contrôle.
Ces professionnels de la santé n’arrivent pas à suivre certaines déclarations de maladies. En effet, il existe des arrêts maladie qui peuvent être qualifiés de complaisance.

A lire aussi : Repères du développement et âge ajusté pour les bébés prématurés

Show Buttons
Hide Buttons