Très populaire auprès du grand public pour le rôle de choix qui lui est attribué dans le cinéma moderne, le défibrillateur reste pourtant un appareil peu connu d’un point de vue technique. C’est un appareil qui sert à envoyer un choc électrique pour faire rebattre le cœur d’une personne en arrêt cardiaque soudain. Il en existe différents modèles aux fonctionnalités variées. Les éléments qui suivent vous aideront à les différencier pour parvenir à choisir aisément celui qu’il vous faut.

Les défibrillateurs automatiques

On distingue deux types de défibrillateurs automatiques. Les automatisés externes sont capables d’identifier la vibration indiquant une anomalie de la circulation sanguine et de lancer automatiquement la défibrillation. Les modèles semi-automatiques par contre nécessitent l’intervention d’une personne externe pour déclencher manuellement le choc. Il existe bien des défibrillateurs non automatiques, mais ils sont beaucoup moins répandus. 

Lire également : Qu’est-ce qu’un bilan auditif ?

En effet, les modèles automatiques se retrouvent même dans les espaces publics où ils sont mis à la disposition du public pour la gestion de certaines situations d’urgence. Bien qu’ils semblent être d’un usage facile, il est prudent de suivre les recommandations d’un spécialiste, aussi bien lors de leur manipulation qu’au moment de l’achat.

Les caractéristiques techniques

Le défibrillateur que vous souhaitez acheter doit répondre à un certain nombre de caractéristiques, pour votre bien-être et celui de vos patients, et pour vous garantir la sérénité lors de vos interventions. Il doit être certifié conforme à la norme NF EN 60601-2-4. Ceci atteste de l’aptitude de l’appareil à analyser un électrocardiogramme et déterminer si la défibrillation est nécessaire. Il doit pouvoir être certifié de classe III, car les certificats IIb ne seront plus attribués dès le 26 mai 2020. Pour des performances optimales, il faut choisir un modèle compatible aux adultes et aux enfants. Dans la mesure du possible, il faudra privilégier les modèles à onde biphasique. Ils sont aussi efficaces que les modèles à onde monophasique et causent moins de lésions tissulaires.

Lire également : Le blanchiment dentaire : une tendance qui n’est pas sans risques

Show Buttons
Hide Buttons