20L’ampleur du coronavirus aura forcément des conséquences sur le budget des ménages pour tout ce qui est soin de santé. L’Assurance-maladie restera au cœur du système de protection en France, en collaboration avec les complémentaires santés pour le règlement des médicaments, consultations et, au besoin, des frais d’hospitalisation. Voyons ce qu’il en est de plus près.

Les médicaments

Le coût des médicaments est normalement couvert par une complémentaire santé, tant qu’ils ont été prescrits par un médecin. Il est important de savoir que les produits anti-inflammatoires, type ibuprofène ou cortisone, sont contre-indiqués dans le traitement du coronavirus, car il peut aggraver l’infection. On doit donc choisir le paracétamol pour soulager maux, fièvre et douleurs, mais toujours sous supervision d’un docteur.

A lire aussi : Allaiter avec des prothèses ou après une réduction mammaire : est-ce possible ?

Les consultations

Les consultations pour le coronavirus sont facturées de la même manière que toutes autres visites chez son médecin traitant. Cependant, avec le confinement, il est suggéré de ne pas se présenter au cabinet, mais plutôt d’effectuer une téléconsultation avec son docteur. S’il est impossible de joindre son médecin traitant, et que l’on doit consulter un autre professionnel, les frais seront tout de même remboursés. Ces consultations seront prises en charge par l’Assurance-maladie à hauteur de 70 % et il restera donc 30 % qui seront transféré à la charge de la complémentaire santé du patient.

Le dépistage

Les laboratoires hospitaliers ne sont plus seuls à effectuer des tests de dépistage du coronavirus depuis la mi-mars. En effet, il est possible d’être testé dans un laboratoire d’analyse, dès lors que l’on a en sa possession une prescription d’un médecin. Le test est facturé 54 euros dont 60 % est à la charge de l’Assurance-maladie et les 40 % restant à la complémentaire santé.

A lire également : Qu’est-ce que la téléassistance ?

L’hospitalisation

Dans les cas plus graves, où une hospitalisation est nécessaire, le gouvernement a assuré que personne n’aurait à débourser quoi que ce soit. C’est donc l’Assurance-maladie qui paiera la facture. Cependant, si le patient désire une chambre individuelle, ce sera sa complémentaire santé qui devra payer, si elle couvre cette demande. Mais comme les hôpitaux débordent, la question ne se pose plus vraiment.

Les pertes de revenus

Comme pour toute autre grippe saisonnière, la complémentaire santé peut intervenir en cas de pertes de revenus causés par les symptômes de la maladie du coronavirus. Pour en bénéficier, il faudra justifier l’incapacité de travail. Au vu du confinement, il se peut que ces règles varient. Il est donc préférable de communiquer avec son assurance afin de connaître les détails.

Show Buttons
Hide Buttons